Chartres, collège Hélène Boucher (1897-2001)

Lien vers l'instrument de recherche

 

Présentation du contenu

Les bâtiments du collège Hélène Boucher, appartenant à l’origine à la famille Chasles, abritent d’abord l’Ecole normale d’institutrices. De fait, le département loue à partir de 1872 (baux du 18 mai 1872 puis du 15 mai 1874 reçus chez maître Poucin, notaire à Chartres) l’hôtel Chasles auquel il apporte divers aménagements afin d’améliorer les conditions d’apprentissage des élèves institutrices (4 N 76).

Les archives conservées font état de travaux dans les combles de la propriété pour l’installation de dortoirs, d’une lingerie, etc. ainsi que de l’aménagement, dans la même enceinte, de l’école "annexe", malgré la réprobation du ministère qui rechigne à financer des projets dans un bâtiment qui n’appartient ni à la commune ni au département. Néanmoins, une délibération de 1874 du Conseil général confirme l’occupation de l’hôtel Chasles malgré une opportunité qui s’offre d’acquérir un autre bâtiment dans la commune de Chartres (4 N 76).

Lors du conseil municipal du 2 juillet 1879, la ville de Chartres décide la création d’un enseignement secondaire pour les jeunes filles "qui sera implanté dans un établissement public", à savoir les locaux de l’Ecole normale d’institutrices dans l’hôtel Chasles. Son but est "d’offrir aux familles les ressources d’un enseignement solide, développer chez les jeunes filles les facultés intellectuelles et morales ; élever leur esprit, fortifier leur caractère, les préparer au rôle important qu’elles doivent remplir dans la société" (1 T 296).

Les années suivantes, plusieurs constats d’insuffisance des locaux existants sont établis par la directrice de l’Ecole normale, qui n’a de cesse de demander une reconfiguration totale des locaux, la création d’une salle d’asile ainsi que l’annexion d’un internat pour les cours d’enseignement secondaire (4 N 77).

Devant l’ampleur des travaux à effectuer pour continuer d'accueillir correctement les élèves de l'Ecole normale et celles de l'enseignement secondaire, et suite à l’échec des négociations de vente entre le département et M. Chasles, un terrain est finalement identifié pour y construire une nouvelle Ecole normale (actuelle rue du 14 juillet à Chartres). La propriété "Chasles" est donc rendue disponible pour le seul usage de l'enseignement secondaire.

Le collège de jeunes filles de Chartres est ensuite fondé par le décret du 31 août 1886 autorisant la création d’un collège communal de jeunes filles et l’annexion d’un internat. Selon le traité constitutif passé entre la ville de Chartres et le ministre de l’Instruction publique, "cet établissement sera installé dans un immeuble dit "Hôtel Chasles" précédemment affecté à l’Ecole normale d’institutrices…". Ce même document explique ensuite le fonctionnement du futur collège (locaux, personnel, enseignement…) et précise que le bâtiment est toujours sous le régime du bail passé avec M. Chasles (2 O 752 et 1 T 297).

En 1895, la ville de Chartres procède finalement à l’acquisition de l’hôtel Chasles ainsi qu’à celle de deux jardins contigus pour continuer d’y abriter le collège de jeunes filles et y réaliser les aménagements nécessaires. Des premiers travaux d’agrandissement ont lieu en 1900, puis en 1937, avec la construction d’un pavillon d’internat. Entre temps, le collège s’est transformé en lycée de jeunes filles comme l’attestent les comptes administratifs de l’établissement qui passent du "collège" en 1927 au "lycée" en 1928 (1 T 298).

En septembre 1970, le lycée d’Etat de jeunes filles fusionne avec le lycée Marceau, établissement auparavant réservé aux garçons.

Cette même année, l'ancien lycée de jeunes filles devient un collège mixte d’enseignement secondaire (CES) et prend, quelques années plus tard, le nom d’Hélène Boucher.

Les anciennes élèves du lycée de jeunes filles rejoignent l’association des anciens élèves du lycée Marceau, créée en 1868, et reconnue d’utilité publique le 23 mai 1873. Celle-ci est renommée par la suite "Association des anciens élèves des lycées Marceau et Hélène Boucher".