Accueil > Recherches > Inventaires en ligne > L'histoire de la colonisation européenne Outre-mer > Papiers Maurice Viollette (1904-1942)

Recherches

Papiers Maurice Viollette (1904-1942)

Président du Conseil général d'Eure-et-Loir et Maire de Dreux, Maurice Viollette fut aussi rapporteur du budget des Colonies de 1911 à 1913, Ministre du Ravitaillement en 1917, Gouverneur général de l'Algérie de 1925 à 1927 et membre de plusieurs commissions d'enquête parlementaires.

Cotes extrêmes

FRAD028 / 13 J 1-37

Présentation du producteur

Né à Janville le 3 septembre 1870, Maurice Viollette a mené, parallèlement à son activité d'avocat, une brillante carrière politique : il fut successivement élu député (1902-1919 et 1924-1929), Conseiller général (à partir de 1904) et Maire de Dreux (à partir de 1908).

Homme de presse, il fonde à Dreux, en 1902, "L'Action républicaine" qui fusionne rapidement avec "Le Réveil national", et à Chartres, en 1920, "L'Indépendant d'Eure-et-Loir".

Il est Ministre du Ravitaillement et des Transports maritimes de mars à septembre 1917, puis est élu Président du Conseil général d'Eure-et-Loir en 1921.

Nommé Gouverneur général de l'Algérie en 1925, il démissionne en 1927.

Elu Sénateur (1929-1938), il est Ministre d'Etat de 1936 à 1938 avant d'être révoqué de ses fonctions de Maire de Dreux le 11 décembre 1940 et conduit en résidence surveillée à Redon (Ille-et-Vilaine) le 1er février 1941.

De retour à Dreux quelques jours avant la libération de la ville, il est réélu Maire (1944-1959), Conseiller général puis Président du Conseil général (1945-1960) et participe aux deux assemblées consituantes avant d'être réélu député (1946-1955). Il meurt à Dreux le 9 septembre 1960.

Présentation du contenu

Ce petit fonds 13 J est constitué du reliquat des dossiers personnels de Maurice Viollette, qui a échappé à la perquisition menée à son domicile en février 1941. Il forme néanmoins une somme des activités de Maurice Viollette entre 1904 et 1930 et un aperçu substantiel de ses méthodes de travail. Il concerne à la fois son activité de parlementaire de 1904 à 1920, puis de 1924 à 1938, son rôle de Gouverneur général de l'Algérie de 1925 à 1927 et, enfin, ses activités de consultant et d'avocat entre 1910 et 1930.

C'est donc une source intéressante non seulement pour l'histoire coloniale française de 1905 à 1930, mais aussi pour l'histoire politique de la Troisième République. Le regard sans illusion que porte Maurice Viollette sur la préparation de la guerre de 1914-1918, sur la situation de la presse, sur les abus protéiformes du pouvoir et de l'administration, sur les atteintes réitérées aux droits de l'homme dans la France d'outre-mer rendent compte à la fois de la personnalité de l'homme et de son indéfectible engagement dans la lutte contre toutes les injustices.

Dates extrêmes

1904-1942

Modalités d'entrée

Les papiers de Maurice Viollette conservés par les Archives départementales d'Eure-et-Loir ont été remis par Maurice Viollette lui-même à l'archiviste Maurice Jusselin le 7 juillet 1942, accompagnés d'une brève lettre décrivant les dossiers remis et proposant une ébauche de plan de classement.

Modalités d'accès

Ces documents sont librement communicables.

Métrage

2,85 ml

Commentaire

Le parlementaire

Nommé rapporteur du budget des colonies à partir de 1911, Maurice Viollette entreprend une lutte sans merci contre les abus de toute nature, voire les violences, dont sont victimes les populations autochtones.

Très soucieux des libertés individuelles, il s'insurge contre les mauvais traitements réservés aux colonisés que ce soit en Indochine, aux îles Wallis ou aux Nouvelles-Hébrides, adoptant des positions proches de ses amis de la Ligue des droits de l'Homme.

Parallèlement, il dénonce vigoureusement plusieurs scandales financiers, tant au Congo qu'en Indochine. La révélation du scandale de la Compagnie de la N'Goko-Sangha, puissante société concessionnaire au Congo, qui obtient du gouvernement une indemnité considérable en compensation de l'abandon de certains avantages mais n'en continue pas moins des activités parfois à la limite de la légalité, marque l'avant-guerre. De la même manière, il s'en prend en Indochine à la collusion de certains colons de l'Annam avec le banditisme local et au laxisme des représentants de l'administration à l'égard de ces pratiques.

Son activité de rapporteur du budget de l'armée lui donne l'occasion de s'interroger sur la manière dont la guerre de 1914-1918 a été préparée, question qu'il pose à nouveau lorsqu'il préside la commission d'enquête sur la défense du bassin métallurgique de Briey. Nommé Ministre du ravitaillement et des transports maritimes en 1917 dans le gouvernement Ribot, il essaie de rationaliser l'approvisionnement, mais la brièveté de ce mandat ne lui donne guère de moyens d'actions.

Enfin, nommé en 1928 rapporteur de la commission d'enquête sur les pétroles, il prend grand soin de préserver l'indépendance nationale et dénonce les risques encourus en accordant un monopole sur les carburants à une compagnie étrangère.

Dans le même temps, il mène une activité de législateur, proposant en 1910 une modification de l'article 38 de la loi sur la presse, de façon à interdire la publication et la mise en scène de crimes de sang. Il vise ainsi tous les journaux à scandale de l'époque qui constituent, selon lui, une incitation à la violence pour les jeunes

Le Gouverneur général de l'Algérie

Gouverneur général de l'Algérie de 1925 à 1927, Maurice Violette manifeste les mêmes préoccupations.

Il prend la défense des intérêts des autochtones, s'interroge sur la situation réelle des indigènes, se soucie des conditions sanitaires et de la protection de la mère et de l'enfant.

Simultanément, il mène une lutte sans concession contre le développement du communisme et surveille les premiers développements du fascisme italien.

De même, il souhaite instaurer une forme de citoyenneté pour les musulmans d'Algérie, car il est persuadé que le maintien de la présence française ne sera garanti que par cette mesure. En butte à l'hostilité des colons et ne pouvant atteindre les objectifs qu'il s'est fixés, il démissionne en 1927

Ses activités personnelles

En plus de ses activités strictement politiques, Maurice Viollette continue son métier d'avocat.

C'est ainsi qu'il assure à partir de 1910 la défense du général Toutée, commandant de la région militaire d'Oujda au Maroc, qui a été démis de son commandement parce qu'il s'était opposé à des captations de terrains par une société privée et avait pris la défense des propriétaires locaux. Fidèle à ses convictions, il s'oppose encore une fois aux pratiques hégémoniques de certains colons et à la lâcheté de l'administration.

Il témoigne également devant la Haute Cour en faveur de son ami Joseph Caillaux, pour lequel il constitue un dossier fort documenté rassemblant toutes les minutes du procès, utilisant les mémoires personnels de Caillaux et ses relations des négociations qu'il a menées avec l'Allemagne entre 1910 et 1911

Dans le même temps, il est un témoin agissant des errements de son temps. Les deux dossiers qu'il nous laisse, l'un sur la situation de la concession française de Shangai, l'autre sur les méthodes d'enrôlement des soldats sénégalais, confirme son souci constant de la préservation des droits individuels et de la lutte contre les abus du pouvoir.

Descripteurs matières

Approvisionnement \ Colonie \ Correspondance privée \ Défense du territoire \ Finances publiques \ Gouverneur \ Guerre \ Hydrocarbure \ Marine marchande \ Métallurgie \ Opération militaire \ Parti politique \ Presse \ Produit exotique \ Relations internationales \

Descripteurs lieux

Algérie \ Briey (Meurthe-et-Moselle) \ Congo français \ Côte-d'Ivoire \ Indochine \ Irak \ Maroc \ Nouvelles-Hébrides \ Rif (région ; Maroc) \ Sénégal \ Shangai (Chine) \ Tunisie \ Wallis-et-Futuna \ Woleu-Ntem (province ; Gabon)

Sources complémentaires aux Archives d'Eure-et-Loir

Dossiers du Cabinet du Préfet

15 W 63 : Jubilé de Maurice Viollette [6 juillet 1952], organisation : notes, liste des invités, programme, plan de table, correspondance (1952-1953) ; dossier de candidature de Maurice Viollette à la médaille d'or départementale et communale [promotion du 14 juillet 1952] (1952)
17 W 16-17 : Interventions de Maurice Viollette auprès du Préfet d'Eure-et-Loir (1944-1950 et 1951-1952)
18 W 67 : Arrondissement de Dreux : exemplaires de "l'Action républicaine" et de l'édition de Dreux de "l'Echo républicain", correspondance avec le sous-préfet de Dreux, rapports de police, tracts et affiches, correspondance (1945-1949)
1118 W NC : Maurice Viollette, activité politique : correspondance, curriculum vitae, notes sur l'organisation du jubilé et brochure "50 ans d'efforts d'une municipalité républicaine", dossier de candidature à la Légion d'honneur et rapport du sous-préfet de Dreux, dossier de presse sur son décès (1946-1960)

Commissariat de police de Dreux

1116 W 343 (dossier 5587) : procès-verbal relatif à l'arrestation et à l'assignation à résidence de Maurice Viollette à Redon ;
1116 W 366 (dossiers 8710 et 8770), 1116 W 374 (dossiers 10046 et 10149) : procès-verbaux de police où Maurice Viollette intervient comme témoin

Sources complémentaires dans d'autres services d'Archives

Archives municipales de Dreux

APV 1-32 : mémoires manuscrits, papiers personnels et familiaux de Maurice Viollette (1798-1969)
[il s'agit des documents que Chantal de Tourtier-Bonazzi avait signalés en 1984 dans son "Guide des papiers des Ministres et secrétaires d'Etat de 1871 à 1974" (2e éd., p. 232-233) comme étant conservés dans la maison de Maurice Viollette à Dreux et accessibles sur rendez-vous avec le conservateur du Musée d'art et d'histoire de Dreux. Le fonds représente environ 3,70 ml]

Bibliographie

  • GASPARD Françoise, "Viollette l'arabe", les collections de l'Histoire, n° 11, avril 2001, p. 87-89.
  • MUSEE DES BEAUX-ARTS (CHARTRES) , GASPARD Françoise, "Maurice Viollette, un homme, trois républiques, 1870-1960", Chartres, 1985, 95 p.
  • REMOND René et GASPARD Françoise, "De Dreux à Alger, Maurice Viollette, 1870-1960 : actes du colloque de Chartres", Paris, L'Harmattan, 2000, 207 p.
  • VIOLLETTE Maurice, "Journal de guerre, 1913-1919", office d'édition du libre d'histoire, 1994, (des faits et des hommes), 245 p.

Espace personnel

© Archives départementales d'Eure-et-Loir - Plan du site - Mentions légales - Crédits - Protéger les mineurs sur Internet