Accueil > Histoires d'Archives > Galerie de documents > TGV Atlantique : la bifurcation de Courtalain, 1983 > Voir l'esquisse

Histoires d'Archives

Voir l'esquisse

TGV Atlantique : la bifurcation de Courtalain, 1983

FR AD 28 / 1076 W 20

Esquisse pour la bifurcation de Courtalain (42 x 30 cm), extraite de l'étude paysagère

 

Esquisse

Le passage du TGV Atlantique à Courtalain nécessite la construction d'un "saut-de-mouton", qui permet à la voie de passer au-dessus d'une autre voie afin d'éviter des aiguillages. L'intégration de cet ouvrage d'art dans le paysage est l'objet d'une étude préalable réalisée par la cellule "Environnement" de la division "Projets routiers" du Centre d'études techniques de l'Equipement Normandie-Centre.

Courtalain est située dans le Perche-Gouët, une région de transition entre les collines boisées du Perche et la Beauce aux champs de blé s'étendant à perte de vue. Elle est délimitée au Sud et à l'Est par la vallée du Loir et à l'Ouest par la vallée de la Braye jusqu'à la Bazoche-Gouët.

Aussi appelée "Faux Perche", elle tire son nom de la famille de Gouët qui, au XIe siècle, a réuni dans ses mains les seigneuries de Montmirail (dans l'actuel département de la Sarthe), Alluyes, Authon, La Bazoche et Brou confiées par l'Évêque de Chartres à des seigneurs laïcs au Xe siècle.

Autrefois entièrement couverte de forêts, la région de Courtalain est aujourd'hui piquetée de fermes à cour ouverte et à pan de bois, cachées derrière des bosquets ou des buttes.


Espace personnel

© Archives départementales d'Eure-et-Loir - Plan du site - Mentions légales - Crédits - Protéger les mineurs sur Internet