Accueil > Histoires d'Archives > Galerie de documents > Plan du bois du Chapitre et de la ville de Dreux, 1588 > Voir le plan

Histoires d'Archives

Voir le plan

Plan du bois du Chapitre et de la ville de Dreux, 1588

FR AD 28 / G 1088
Plan sur parchemin, dessiné et coloré à l'encre avec lavis, 77 x 59 cm environ

 

Les détails

L'intérêt majeur du plan aujourd'hui ne réside plus dans son objet initial, mais bien sûr dans les informations extrêmement précieuses qu'il nous apporte sur la ville de Dreux et sa banlieue au XVIe siècle.

Les détails du plan sont en effet d'une grande richesse, à commencer par ce qui est une extraordinaire représentation de la ville de Dreux.

 

L'orientation du plan

Pour lire correctement le plan, il faut tenir compte de son orientation au sud-ouest, c'est-à-dire que cette direction se trouve en haut du plan.

Elle est d'autant plus facilement repérable qu'elle est marquée par la route de Dreux à Verneuil (aujourd'hui de Dreux à Brezolles) qui, au centre du plan, coupe en deux le bois du Chapitre.

 

Des arbres remarquables

L'opération de bornage du bois exigeait que soient trouvés des repères fixes, maisons, chemins ou autres détails du terrain.

C'est ainsi que sont figurés deux arbres remarquables, sans doute par leur taille exceptionnelle, à deux angles de la forêt, l'un au centre du plan, l'autre à droite, près de la route de Dreux à Nonancourt. 


La ville de Dreux

Le plan de Dreux qui figure sur ce document est la plus ancienne représentation de la ville de Dreux dans sa totalité.

On y distingue parfaitement les fortifications avec leurs portes, la Grande Rue et ses maisons, et les principaux monuments.

Le mode de représentation correspond aux conventions de l'époque, et il s'agit plus de symboliser la ville que d'en fournir une image exacte, même si la représentation de certains monuments peut être fidèle. On peut d'ailleurs s'amuser à essayer d'identifier les principaux d'entre eux, églises, chapelles et beffroi.

Si l'échelle du plan est indiquée dans l'angle supérieur droit, celle-ci ne s'applique qu'au bois, et non à la ville, qui n'est manifestement pas représentée à la même échelle, et il ne faut surtout pas essayer de trouver une quelconque exactitude dans l'appréciation des distances.

La Grande Rue est aisément reconnaissable à l'alignement de ses deux rangées de façades opposées. Elle aboutit à une porte qui, au sud-ouest de la ville (c'est-à-dire vers le haut du plan), doit logiquement être la Porte chartraine. Ce n'est pas cependant, comme on pourrait s'y attendre, la route de Chartres (aujourd'hui rue Saint-Martin) qui s'en détache, mais celle de Verneuil !

Mieux, sur le plan, les deux routes de Verneuil (aujourd'hui rue Saint-Thibault) et de Nonancourt (rue du Bois Sabot) paraissent sortir de la ville par deux portes opposées, alors qu'elles franchissaient en réalité les murailles par une seule et même porte, la porte d'Orisson, à l'extrémité de ce qui est aujourd'hui la rue d'Orfeuil.

Tout laisse à penser que si le géomètre qui a dressé ce plan a bien procédé à un arpentage exact du bois du Chapitre, il s'est contenté d'une courte visite de la ville et a réutilisé une documentation plus ancienne, mais inexacte, pour en dessiner le plan.

 

Les villages

Trois villages sont représentés sur le plan :

  • celui des Fenots, en bas à droite, où on peut déchiffrer au-dessus du groupe de maisons : "vilaige des Fenotz"
  • celui des Corvées, en haut et au centre du plan, où on lit dans un cartouche : "vilaige des Courveez"
  • et enfin celui de Bois-le-Roi, dans l'angle supérieur gauche, où un autre cartouche offre sur deux lignes le texte suivant : "Boys le Roy / vilaige" 


Les routes

La présence de deux routes a déjà été mentionnée. Il s'agit :

  • vers le haut du plan, de l'actuelle route de Dreux à Brezolles, qui porte la légende suivante : "grand chemin de Dreux à Vernueil au Perche"
  • vers la droite, du "grand chemin de Dreux à Nonancourt"

 

L'utilisation du sol

En-dehors du bois proprement dit, l'utilisation du sol est soigneusement représentée.

Les raies horizontales, obliques ou verticales représentent évidemment des labours.

Des ceps de vigne, sur la gauche du plan, rappellent que le terroir de Dreux produisait, à cette époque, du vin en abondance.


La faune

Deux lièvres se cachent dans le plan !

Saurez-vous les trouver ?


Espace personnel

© Archives départementales d'Eure-et-Loir - Plan du site - Mentions légales - Crédits - Protéger les mineurs sur Internet