Accueil > Histoires d'Archives > Galerie de documents > Circulaire du Préfet Jean Moulin, 1940 > Voir le document

Histoires d'Archives

Voir le document

Premier feuillet

FR AD 28 / 1 W 174
Papier, feuillet double 19,8 x 31 cm


La circulaire aux Maires du 2 juillet 1940

Le contexte

Le 3 juin 1940, la ville de Chartres est bombardée pour la première fois par l'aviation allemande, et la population civile commence à fuir vers le sud, dans l'espoir d'échapper à la guerre.

À partir du 9 juin, à Dreux d'abord, puis à Chartres et dans le reste du département, les bombardements font de nombreuses victimes. Ce sont désormais les services publics essentiels, la gendarmerie, les pompiers et, le 14 juin, la municipalité de Chartres et le personnel de la Préfecture qui reçoivent un ordre d'évacuation ou décident de leur propre initiative de quitter la ville.

L'exode touche, dans les mêmes conditions, la majorité des villes et villages du département.

Le 15 juin au matin, Jean Moulin constate qu'il est presque seul, dans une ville vidée de ses habitants, pour accueillir les dizaines de milliers de réfugiés qui la traversent.

Le 17 juin, à sept heures du matin, les premiers soldats allemands entrent dans Chartres. L'arrestation de Jean Moulin, le soir du même jour, et son refus obstiné de signer un document accusant les soldats africains de l'armée française du meurtre de civils sont connus.

Dans les jours qui suivent, les habitants du département, rattrapés sur les routes de l'exode par l'armée allemande, prennent le chemin du retour, pour découvrir parfois leur maison endommagée ou détruite par un bombardement, ou encore pillée pendant leur absence. Mais si certains réfugiés ont pu rentrer chez eux dès le 19 juin, le retour à la normale ne se fait que progressivement.

Ainsi à Poisvilliers, village proche de Chartres, un témoignage nous permet de savoir que l'électricité est rétablie le 30 juin, et le courrier à nouveau distribué à partir du 6 juillet.

À Chartres même, l'électricité est rétablie le 19 juin, après cinq jours d'interruption, et le premier marché, garantie d'un ravitaillement normal de la population, a lieu le 29 juin, tandis que l'eau de la ville ne redevient potable que le 24 juillet.

 

Contenu du document

C'est dans ce contexte que le Préfet Jean Moulin décide le 2 juillet d'adresser une lettre circulaire aux Maires du département, afin de leur rappeler leurs obligations et les mesures d'urgence qu'il convient de prendre pour rétablir les services essentiels à la population. Il juge utile de leur rappeler aussi, dans les dernières lignes, que, malgré l'occupation allemande, les "lois et règlements français continuent à s'appliquer".

L'exemplaire conservé par les Archives départementales d'Eure-et-Loir est une première version de la circulaire, dactylographiée puis corrigée en plusieurs endroits de la main même de Jean Moulin.

Celui-ci a en outre ajouté en haut de la première page, à l'intention des services de la préfecture, une annotation significative des difficultés de l'heure : "450 exemplaires à expédier dès que le service postal fonctionnera".

D'autres textes de Jean Moulin, parfois autographes, souvent émouvants, sont conservés et ont déjà été, pour beaucoup d'entre eux, exposés ou publiés.

Le texte présenté ici, partiellement inédit, illustre particulièrement les responsabilités d'un préfet dans les premiers jours de juillet 1940 et les difficultés rencontrées alors par la population civile dans sa vie quotidienne.

 

Deuxième feuillet Troisième feuillet

Espace personnel

© Archives départementales d'Eure-et-Loir - Plan du site - Mentions légales - Crédits - Protéger les mineurs sur Internet