Accueil > Histoires d'Archives > Dossiers thématiques > La participation des enfants d'Eure-et-Loir à la production horticole et agricole pendant la Grande Guerre > Vers un enseignement professionnel

Histoires d'Archives

Vers un enseignement professionnel

1

Le Service de la main d’œuvre agricole scolaire lance un nouvel appel en 1918, en spécifiant quelles tâches peuvent être confiées aux enfants : (Visuel 1)

Les enfants devront être reçus par l’agriculteur « de façon familiale », être nourris à sa table et logés dans une chambre de l’habitation. Le maire de la commune pourra apporter une aide si l’agriculteur fait appel à une équipe nombreuse. La durée journalière de travail ne devra pas dépasser 9 heures. Les enfants doivent financer leur transport et ne percevront pas de rémunération pour le travail accompli.

En 1918, un quart des élèves les plus âgés participent aux travaux agricoles. Des dispenses scolaires sont accordées aux élèves travaillant pendant plus de trois mois. Dans son rapport annuel l’inspecteur d’Académie indique que la récolte des plantes médicinales « a produit 32 francs qui ont été versés à la caisse des pupilles de l’école, l’élevage de lapins a donné un bénéfice net de 94 fr 50 qui a été consacré à l’achat de vêtements pour des élèves-maîtres des pays envahis », mais ne donne pas de résultat pour les jardins. Il suggère de former les instituteurs dans une ferme-école, voire dans un institut agronomique, pour compléter l’enseignement reçu à l’école normale. Il souligne la nécessité d’ouvrir des sections agricoles dans les écoles primaires supérieures de garçons et de filles.                               

La loi du 2 août 1918 organise l’enseignement professionnel public de l’agriculture. Elle est à l’origine de la réouverture de l’école d’agriculture d’hiver au lycée de Chartres en 1920.

En 1928, par délibération du 26 octobre, le Conseil général d’Eure-et-Loir crée dans les écoles rurales des cours d’enseignement préparant aux professions agricoles, destinés aux enfants d’au moins 10 ans et encadrés par des enseignants titulaires du brevet agricole.

 

 

 

 

 

2

Légende des visuels :

1. Journal de Chartres, juillet 1918. Arch. dép. d’Eure-et-Loir, Per 9.

2. L’école des Ressuintes et son jardin, Arch. dép. d’Eure-et-Loir,  5 Fi 235, détail.


Espace personnel

© Archives départementales d'Eure-et-Loir - Plan du site - Mentions légales - Crédits - Protéger les mineurs sur Internet