Accueil > Histoires d'Archives > Galerie de documents > Diplôme de Charles le Chauve, 870 > Voir le sceau

Histoires d'Archives

Voir le sceau

Sceau royal

FR AD 28 / G 1453
Sceau plaqué en cire naturelle de forme circulaire (diamètre : 53 mm environ ; dimension de l'empreinte : 40 x 32 mm)

 

Usage du sceau

Comme le monogramme, le sceau garantit l'authenticité de l'acte.

Réservé à l'époque carolingienne aux actes royaux, l'usage du sceau se généralise au cours des siècles suivants.

 

Matière et mode de fixation

Les sceaux sont le plus souvent en cire, mais il existe aussi des sceaux en métal, notamment les célèbres bulles en plomb des papes.

Le sceau de Charles le Chauve présenté ici est en cire naturelle, c'est-à-dire non colorée.

Il est plaqué sur le parchemin, dans lequel on a pratiqué une incision en forme de croix, destinée à permettre à la cire chaude de se répandre des deux côtés du support, ce qui assure, après refroidissement de la cire, l'adhérence du sceau.

Par la suite, on utilisera un autre mode de fixation, la suspension du sceau au bas de l'acte par une cordelette ou une langue de parchemin. On dit alors que le sceau est "pendant".

Pour voir un exemple de sceau pendant.

 

Empreinte

L'empreinte du sceau est laissée dans la cire par une matrice.

Le sceau de Charles le Chauve représente le profil du Roi, couronné de lauriers selon l'usage antique.

La bordure du sceau porte le nom du Roi, ici peu lisible, mais que l'on peut reconstituer ainsi : "KAROLUS GRATIA DEI REX", c'est-à-dire "Charles, Roi par la grâce de Dieu".

Il existe, conservées ailleurs en France, d'autres empreintes du même sceau. L'une d'entre elle est proposée sur le site des Archives nationales, où il est possible de la découvrir en consultant la base ARCHIM, puis en effectuant l'une des requêtes suivantes :

  • Cote : 'SC/B1'
  • Noms de personnes : 'CHARLES II LE CHAUVE (ROI DE FRANCE)'
Sceau royal

Espace personnel

© Archives départementales d'Eure-et-Loir - Plan du site - Mentions légales - Crédits - Protéger les mineurs sur Internet