Accueil > Ateliers culturels et éducatifs > Dossiers pédagogiques > 1939-1945 : l’Eure-et-Loir dans la guerre > Jeu de notices pédagogiques > Chapitre 5 : Janvier 1942 – Mai 1944 : la guerre totale

Ateliers culturels et éducatifs

Chapitre 5 : Janvier 1942 – Mai 1944 : la guerre totale

La collaboration : document 5.9

La collaboration : document 5.9

  • Document 5.9 :
    Lettre reçue par Jean Héritier faisant état de sa pensée antisémite, 30 novembre 1943, 51 J NC 1
  • Thème : La collaboration
  • Place dans l’ouvrage : p. 66
  • Commentaire :
    Professeur au collège Rémy Belleau de Nogent-le-Rotrou, Jean Hériter fait partie de l’élite intellectuelle de l’extrême droite française. En plus de son activité d’enseignement, il a participé à de nombreuses publications servant une idéologie raciste, et, localement, a œuvré pour l’arrestation de résistants dans cette zone particulièrement active du Perche. Connu pour toutes ces activités, il a fort opportunément quitté la France début août 1944, protégé par les autorités allemandes en retraite, lui évitant un sort autrement moins enviable. L’ensemble de ses papiers ont alors été saisis à son domicile par le Tribunal d’Instance de Nogent-le-Rotrou.
    Au sein de ces documents, se trouve cette pièce de correspondance échangée avec Louis Prax, directeur de l’hebdomadaire Au Pilori, du 30 novembre 1943. M. Prax lui propose de collaborer à la rédaction de son journal.
    La correspondance entre les deux hommes offre l’occasion d’étudier ce qu’est la pensée antisémite, exposée ici sans fard puisque partagée unanimement par les deux intellectuels. Une pensée intrinsèquement raciste donc, et conspirationniste comme le laisse entendre le terme de «juiverie». Mais aussi une pensée marquée par le mépris des Français communs, qualifiés de «masse des ignorants qui nous entourent». Ce document offre ainsi un aperçu glaçant de ce qu’était alors l’environnement de pensée d’une petite partie de la population française. D’ailleurs il ne s’agit pas tant d’une pensée organiquement attaché au régime de Vichy que d’un discours propre à une classe intellectuelle et sociale qui a perduré depuis le début de la IIIème République et qui, derrière Charles Maurras, partisan d’un antisémitisme d’État, trouve un voisinage heureux avec le régime de Vichy.

Espace personnel

© Archives départementales d'Eure-et-Loir - Plan du site - Mentions légales - Crédits - Protéger les mineurs sur Internet