Accueil > Ateliers culturels et éducatifs > Dossiers pédagogiques > 1939-1945 : l’Eure-et-Loir dans la guerre > Jeu de notices pédagogiques > Chapitre 5 : Janvier 1942 – Mai 1944 : la guerre totale

Ateliers culturels et éducatifs

Chapitre 5 : Janvier 1942 – Mai 1944 : la guerre totale

La question juive : document 5.4

La question juive : document 5.4

  • Document 5.4 :
    Note du service des Renseignements généraux au Préfet relative à la réaction de la population du canton de Brou à l’occasion d’arrestations de famille juives, 28 février 1944, Arch. dép. Eure-et-Loir, 14 W 49. 
  • Thème : La question juive
  • Place dans l’ouvrage : p. 55.  
  • Commentaire :
    Dans les années 1943 et 1944, les rafles de familles juives continuent. L’opposition d’une partie de l’opinion française (notamment de l’Église) au fait que les rafles soient menées par la police nationale a incité le régime de Vichy à laisser cette tâche aux Allemands. À la demande expresse de Pierre Laval, les enfants juifs sont déportés eux aussi, au prétexte de ne pas les séparer de leurs familles. Bien conscients que la politique antisémite vichyssoise n’est pas forcément du goût de l’opinion publique, les services de l’État assurent une surveillance des réactions populaires lors des opérations visant les familles juives. Cela révèle aussi les difficultés d’un régime soucieux de satisfaire les demandes allemandes et de conserver la confiance des Français. Le message porté par cette note est aussi implicitement adressé aux autorités d’occupation puisque ce sont leurs opérations qui sont présentées comme responsables du refus général de la politique de collaboration.
    La réaction du corps social est elle aussi intéressante à étudier : ce n’est apparemment pas la rafle elle-même qui cause de l’émoi, mais le fait que les enfants soient séparés de leurs parents. C’est ce seul procédé qui est considéré comme étant indigne. Ce document, faisant alors état de la sensibilité de la population du canton de Brou, peut aujourd’hui au contraire être regardé comme le gage d’une acceptation tacite du principe d’arrestation et de déportation des Juifs.

Espace personnel

© Archives départementales d'Eure-et-Loir - Plan du site - Mentions légales - Crédits - Protéger les mineurs sur Internet