Réduire les caractères Augmenter les caractères Augmenter les contrastes

Chapitre 4 : Septembre 1940 – Décembre 1941 : la guerre s'installe

1 W 85

L'occupation allemande : document 4.8

L’occupation allemande : document 4.8

  • Document 4.8 :
    Lettre du Préfet au Feldkommandant faisant état de l’arrestation de quatre communistes qui diffusaient des tracts sur la Route nationale 12 à hauteur de Saint-Rémy-sur-Avre, (canton de Brezolles). Exemplaires des tracts mentionnant le « Front national », alors nom d’un mouvement communiste, 20 août 1941, Arch. dép. Eure-et-Loir, 1 W 85
  • Thème : Résistance et répression
  • Place dans l’ouvrage : p. 47
  • Commentaire :
    Au sein des actions de la Résistance, celle de l’information n’est pas la moins utile. Pour lutter contre le discours officiel de Vichy et des autorités allemandes, les mouvements résistants communiquent par des journaux clandestins ou diffusent des tracts. Ceux-ci peuvent être parachutés par avion, solution la moins risquée. D’autres fois,  comme ici, ils sont distribués par des militants qui circulent à vélo.
    Dans ce cas, ces militants communistes viennent vraisemblablement de la région parisienne. Le mouvement est en effet peu ancré en Eure-et-Loir, territoire de tradition agricole plus qu’ouvrière. La date de ce document est particulièrement significative : respectant le pacte germano-soviétique de non-agression, les communistes français ne se sont pour la plupart pas engagés dans la Résistance avant le  22 juin 1941, date du début de l’attaque allemande sur la Russie, aussi appelée opération Barbarossa. S’appuyant à ce moment-là sur une organisation logistique solide, capable d’imprimer des tracts par milliers, ils viennent sensiblement grossir les rangs de la Résistance.
    Ce courrier montre l’étroite collaboration entre la Préfecture d’Eure-et-Loir et la Feldkommandantur. Court, le courrier met cependant en valeur l’action de la police française dans la traque des résistants et des opposants politiques. Il justifie l’action menée en ajoutant que « les personnes seraient, paraît-il, juives ».
    La diffusion de tracts relève d’un choix : faire une opération « coup de poing » à raison de milliers de tracts, façon aussi de marquer le terrain du point de vue politique. Le message est donc lapidaire : « Front national pour l’indépendance française » désigne un groupe de résistants affilié au parti communiste comme la faucille et le marteau en ombre rouge le laissent entendre. « Morts aux assassins hitlériens » porte lui un discours encore plus direct contre l’occupant et toute forme de collaboration.