Réduire les caractères Augmenter les caractères Augmenter les contrastes

Conférence par Albert Marsot : " Canal Louis XIV : aspects hydrauliques ".

Canal Louis XIV

Mercredi 5 février, 18h, avec réservation obligatoire.

CANAL LOUIS XIV : ASPECTS HYDRAULIQUES

La mise en valeur du Château de Versailles et de son parc, obsession du Roi Louis XIV, impliquait la multiplication des fontaines et de leurs réservoirs. Ceci nécessitait beaucoup d'eau et de plus en plus.

Le seul petit ru de Gally et les marécages aux environs de Versailles ne pouvaient fournir cette eau indispensable.

Qu'à cela ne tienne, s'il n'y a pas d'eau, le Roi ordonne "qu'on l'y amène".

Sous l'égide de Colbert et de Louvois, son successeur, en une trentaine d'années, les savants de l'Académie des Sciences, mathématiciens, physiciens et astronomes dont l'abbé Picard et La Hire, les ingénieurs du Roi dont le plus célèbre Vauban, vont relever le défi, faisant évoluer les techniques de conception et de construction des ouvrages hydrauliques.

La Hire démontre en 1684, la possibilité d'alimenter le réseau existant sur le plateau des Yvelines, grâce à la rivière Eure à partir de Pont-Gouin au lieu-dit Boizard, situé à 81 pieds, soit environ 40 m, au-dessus du réservoir de la Grotte de Thétis dans le parc du château.

Vauban est aussitôt chargé d'établir le projet de la dérivation de l'Eure. Le projet initial comportait la construction d'un canal à écoulement libre d'environ 80 km, de la digue de Boizard pour emmagasiner l'eau, d'un aqueduc en pierres de 17 km de long pour franchir les vallées des Larris à Berchères et de l'Eure à Maintenon, de divers ouvrages pour franchir des ruisseaux et rétablir des voies de communications. Le projet se raccordait à l'Etang de la Tour sur le plateau de Saclay. Pour préparer ce chantier gigantesque, Vauban va procéder à l'ouverture de carrières pour disposer des matériaux nécessaires, aménager les rivières de l'Eure, de la Voise et de la Drouette pour transporter matériaux et fournitures, travaux aussi importants que ceux du canal proprement-dit.

Le coût important de l'ouvrage, les délais de réalisation, les difficultés techniques vont amener Vauban à faire évoluer le projet et en particulier de remplacer ou de réduire les aqueducs en pierres par des siphons. Malgré ses réticences, Louvois va devoir se résoudre à accepter cette proposition et le 30 juin 1686 "l'eau entrait dans les tuyaux à Berchères".

C'est la conception, la construction et le fonctionnement de ces ouvrages hydrauliques qui font l'objet de cette présentation.